Le pin quotidien


Le cône caractéristique du Douglas

Pins, sapins, épicéas, douglas, tsugas, cèdres: l'Arboretum comptait à l'origine plus de 150 espèces de conifères différentes ! Cela fait beaucoup de cônes, et d'aiguilles... et de verdure permanente.

J'ai voulu leur rendre hommage sur cette page sans prétention, et sans trop de rigueur scientifique.

épicéa dans le groupe 26.


Personnellement j'ai un faible pour les pins...

Bien sûr il y a leur aspect général, mais certains détails comme la couleur des écorces, le balancement des aiguilles, ou l'inévitable pomme de pin que l'on se prend à rechercher sont une source inépuisable d'émerveillement et d'amusement.

Et puis il y a l'odeur, surtout l'été.

Légèreté des aiguilles du pin... Pause printanière

Les pins m'évoquent aussi les vacances: pins maritimes du midi, pins sylvestres de Campine ou de Bretagne, pins noirs du Ventoux, pins laricios de Corse ou pins ponderosa du Far West...L'arboretum de Tervuren compte plusieurs dizaines de variétés de pins. Certains exemplaires sont impressionnants, comme le pin de l'Himalaya du groupe 34, le pin flexible (pinus flexilis) au nord du groupe 9, ou les pins Weymouth (pinus strobus) situés près de l'entrée principale (groupe 12).

Le Douglas bleu (pseudotsuga menziesii var. glauca), l'une des nombreuses variantes "bleutées" typiques du Colorado. Pin de l'Himalaya (Pinus Wallichiana) Pinus strobus (près de l'entrée principale). Pins Ponderosa et Abies concolor.


Au nord du groupe 9, un splendide pin flexible.
Plumage de pinus flexilis.
Les longues aiguilles du pin de l'Himalaya se balancent au moindre souffle du vent.

Certains diront que le pin est un arbre plutôt banal. C'est vrai qu'il en pousse partout et qu'il n'est pas nécessaire de venir à l'arboretum pour en voir. Le bois de pin est synonyme de production mobilière de masse et ne vaut pas grand-chose.

L'excès de plantations de résineux, et de pins en particulier (pour des questions de rentabilité accélérée), a fragilisé nos forêts et augmenté l'impact des catastrophes, naturelles ou non, qui les ont affectées ces dernières années. Mais cette vérité doit être relativisée.

Les tempêtes hivernales de 1984 et 1990 en Belgique, et surtout de décembre 1999 en France, ont rappelé que les conifères sont plus sensibles aux vents violents que les feuillus. Ceci est dû à différentes causes: les conifères offrent une plus grande prise au vent du fait qu'ils gardent leur feuillage en hiver! Leurs racines, en étoile et souvent peu profondes, ne leur faciltent évidemment pas la tâche. Elles leur permettent parcontre de s'adapter à des sols peu profonds ou moins riches. C'est d'ailleurs cette caractéristique qui imposa logiquement le choix du pin ou d'autres résineux, lors des campagnes de reboisements massifs tels que celle des Landes, ou celles de nos massifs montagneux. Deux autres facteurs ont leur importance dans l'analyse du phénomène: l'altitude moyenne de plantation des résineux est plus élevée, et puis tout simplement leur taille: ces arbres sont souvent plus grands!

Le réchauffement climatique est aussi à l'origine de l'autre grande calamité qui touche nos forêts: le feu. Là encore, les forêts de résineux ont un point faible: la résine est un produit inflammable. Les incendies y progressent donc plus vite. Mais il ne faudrait pas se tromper de débat: feuillu ou conifère, la sécheresse était telle qu'il n'a pas fallu grand-chose pour que tous deux partent hélas en fumée.

Mais saviez-vous que les plus vieux arbres du monde sont des pins ? Le pin aristé (Bristlecone pine - pinus longaeva ou aristata) qui s'accroche à la pierre des Montagnes Rocheuses à plus de 3000 mètres d'altitude peut vivre plus de 4000 ans (on en trouve dans l'arboretum au sein du groupe 7, mais je ne l'ai pas identifié jusqu'à présent).

tamarack (larix laricina) aiguilles bleues (Colorado). pin au printemps.

Les photos sur cette page ne concernent pas que des pins, vous y voyez notamment des épicéas, des cèdres ou des sapins.

On ne peut évoquer les conifères de l'arboretum de Tervuren sans nommer le douglas et le tsuga hétérophylle. Ces deux espèces y ont vraiment prospéré et sont présentes dans de nombreux groupes. Les futaies de douglas sont très ornementales. Vous identifierez facilement le douglas (pseudotsuga menziesii) par ses cônes aux bractées tridentées, et par son tronc a l'écorce brune et fissurée. Le tsuga hétérophylle, aussi nommé tsuga de l'ouest, ou plus joliment « la pruche de l'ouest » par les Canadiens, porte de tout petits cônes en très grand nombre. A distance, on le reconnaît à sa flèche typiquement recourbée.

aiguilles de Douglas (Pseudotsuga Menziesii). Le tronc du Douglas à l'écorce brune et rugueuse se reconnaît facilement. Les petits cônes typiques des tsugas. Cônes du tsuga hétérophylle ("la pruche de l'ouest".


Ces deux espèces sont pour beaucoup dans le caractère monumental que présentent certaines parcelles de l'arboretum...

Tsugas et Douglas se partagent souvent le décor dans le Nouveau Monde. Arboretum de Tervuren: la promenade royale en été. Eclaircie sur les Montagnes Rocheuses (à gauche, la Sierra Nevada - gr.8, à droite le Colorado - gr.9).


Terminons par l'Ancien Monde. Empruntons la prairie qui sépare le groupe 26 du groupe 37 :une succession de conifères dont plusieurs variétés d'épicéas font de la lisière du groupe 26 un véritable mur de verdure.

Un mur de verdure! (groupe 26).

Un peu plus loin, les ifs et les cèdres de l'Atlas se cachent dans la hêtraie (groupe 30). Ces derniers sont particulièrement volumineux : j'ai pu mesurer un sujet de 3m75 de circonférence (à la hauteur de 1m50). Bien que très discrète, l'implantation des cèdres de l'Atlas à Tervuren est une belle réussite.

Les cônes du cèdre: ils ont la forme d'un oeuf et sont très durs! Les cèdres de l'Atlas se cachent dans le groupe 30. Superbe feuillage de cedrus atlantica. Difficile de photographier ces arbres en entier: ils poussent au milieu des hêtres...


Rameau de cèdre du Liban.

Moins élevés mais mieux visibles que leurs cousins marocains: les cèdres du Liban bordent les prairies de l'Ancien Monde...

Cèdre du Liban, en lisière du groupe 31.

Et je n'ai même pas parlé des groupes chinois et japonais ! Mais il faudrait une autre page . Heureusement pour nous, quasi tous les arbres cités ci-dessus nous offrent leurs parures toute l'année... de quoi nous offrir notre pin quotidien !

Les arbres bleus du Colorado  (ici, parmi d'autres: abies concolor).

Haut