Betula papyrifera: le bouleau à papier ou à canot

C'est tout naturellement dans les groupes 11 (Canada: Territoires du Nord-Ouest), 12 (Nouveau-Brunswick) et 13 (Ontario) que vous rencontrerez ce bouleau dont le milieu d'origine s'étend de l'Alaska à la Nouvelle-Angleterre, à travers tout le Canada.

Vous trouverez plus bas sur cette page les détails qui vous permettront de le localiser dans l'arboretum.

 
aire de répartition de betula papiryfera

Bien qu'on l'appelle aussi bouleau blanc, c'est avant tout l'usage particulier qu'en eurent les hommes qui lui valut les noms plus imagés de bouleau à papier ou de bouleau à canot.

canot Atikamekw vers 1900; source: SMCC (Musée canadien des civilisations)
La référence au papier provient de son écorce qui pèle spontanément.

Les Amérindiens en détachaient de longues feuilles, destinées entre autre à recouvrir les wigwams ou à confectionner des contenants (coffres, boîtiers, paniers,etc.).

Mais c'est surtout son utilisation pour la fabrication des canots qui a marqué les esprits et nous a laissé de pures merveilles. Pour plus de détails à ce sujet, visitez le site de Civilisations.ca. Les photos ci-dessous évoquent cette remarquable invention.
Proue de canot; source: Musée de la civilisation, Québec. Canoés sur le lac Ontario; source: SMCC(Musée canadien des civilisations) Construction d'un canot en écorce de bouleau; source: Archives de la Compagnie de la Baie d'Hudson



écorce typique de Betula Papyrifera

Le bouleau à papier peut vivre de 100 à 150 ans, il peut atteindre un plus de vingt mètres. C'est une essence pionnière qui s'adapte à de nombreux terrains.

La taille des individus et la qualité de leur écorce varient fortement d'une région à l'autre, selon la dureté des conditions climatiques. Les plus grands arbres (et les plus grands canoés) se rencontrent donc dans les zones méridionales de son habitat.

Sa croissance est plus lente que celle de notre bouleau blanc européen (betula pendula), mais il est plus robuste.

Le feuillage tourne au jaune à l'automne. L'écorce est principalement blanche, avec des variations vers le beige ou l'orange.

tronc caractéristique de bouleau à papier

Un bel exemple de wigwam couvert d'écorce de bouleau est visible sur ce site.


Où le voir dans l'Arboretum de Tervuren?


Betula papyrifera est présent à plusieurs endroits dans la partie nord du Nouveau Monde (voir plan général de l'Arboretum). Un premier arbre étiqueté se trouve à gauche de l'entrée principale de la Vlaktedreef en lisière du groupe 11, juste en face d'un gros chêne rouge (quercus rubra) du groupe 12.

Poursuivez votre chemin dans la prairie vers un grand chêne européen isolé (vestige de la chênaie préexistante à l'Arboretum) et contourner celui-ci. Vous longez à présent le groupe 11 sur votre gauche. Plusieurs bouleaux poussent de ci-de là. Un peu plus loin, juste avant une rangée de pins de Banks (pinus banksiana, voir photos ci dessous), vous pourrez apercevoir un groupe de bouleaux à papier de fort belle taille.

Bouleaux à papier dans le groupe 11
Le gros chêne à contourner
Facilement identifiables: les pins de Banks (groupe 11)
Bouleaux à papiers (près des pins de Banks), groupe 11
Les bouleaux à canot du groupe 12
Pinus Banksiana: cônes et rameaux

Si vous retournez vers l'entrée principale, en longeant cette fois le groupe 13 et 12 (donc sur votre gauche), vous devriez entrevoir en retrait quelques arbres plus petits, à l'écorce un peu plus orangée par endroit. Ces bouleaux-ci pèlent plus que ceux de l'autre groupe. Vous aurez pu constater que la taille et l'aspect de tous ces bouleaux varient d'une parcelle à l'autre. Je ne sais pas si ces écarts sont dûs à leur origines régionales respectives, ou à des époques de plantation différentes, ou bien aux deux!



D'autres bouleaux particuliers présents à Tervuren



Aire de répartition du bouleau jaune


bouleau jaune (betula alleghaniensis)

Le bouleau jaune ou bouleau des Alléghanys (betula alleghaniensis).

Les Québecois l'appellent aussi merisier (or le terme de merisier désigne en fait, un autre arbre: prunus avium). Cet arbre est très répandu au Québec et en Nouvelle-Angleterre. C'est d'ailleurs l'arbre emblématique du Québec. Son bois est exploité à grande échelle en menuiserie.

Mais le bouleau jaune a d'autres atouts moins connus: les Indiens en extrayaient une huile essentielle, tirée de l'écorce et du bois. Cette huile a des vertus thérapeutiques (antalgiques et anti-inflammatoires), elle calme les douleurs musculaires (crampes, contusions, rhumatisme, etc.). Elle recèle en fait du salicylate de méthyl, la substance que l'on retrouve dans les aérosols "reflex" dont se servent les soigneurs le long de nos terrains de football. Si vous frottez une feuille ou un bout d'écorce dans vos mains, vous reconnaîtrez immédiatement l'odeur typique du produit.

Vous trouverez des bouleaux des Alléghanys dans l'Arboretum de Tervuren dans les groupes 11 à 19! Un exemplaire étiqueté, le plus grand arbre de cette espèce en Belgique, pousse le long du sentier qui traverse le groupe 15, non loin des châtaigniers américains. Il y vit en compagnie d'érables à sucre et de pruches du Canada, comme dans son pays d'origine...

La couleur de son écorce varie du gris clair au jaune cuivré, voire au brun foncé. Ses feuilles sont légèrement plus oblongues que celles du bouleau à papier.

Feuillage du bouleau jaune
Arboretum de Tervuren: bouleau des Alléghanys
écorce du bouleau jaune



Le bouleau blanc d'Asie (betula platyphylla)


C'est par hasard que j'ai découvert cet arbre au sein du groupe 38 (Fuji-Yama) aux côtés d'un érable à feuilles palmées (acer palmatum). Son écorce variait du rouge vif au blanc, et pelait abondamment comme vous pouvez le voir sur les photos ci-jointes. Ce bouleau vit au Japon, en Chine et en Sibérie.

écorce de betula platyphylla
Bouleau blanc d'Asie (groupe 38)

Précisons enfin que l'Arboretum de Tervuren comptait à l'origine une quinzaine de bouleaux différents, dont les principales espèces européennes bien sûr. Cet article pourra donc éventuellement s'étoffer par la suite.



Vers la page d'accueil - Retour à la page précédente